Emmanuel Bourcet, cofondateur D’un Seul Geste : sauver des vies grâce à la réalité virtuelle | Carenews INFO

Emmanuel Bourcet, cofondateur D’un Seul Geste : sauver des vies grâce à la réalité virtuelle. Crédit photo : Carenews.

Emmanuel Bourcet, cofondateur D’un Seul Geste : sauver des vies grâce à la réalité virtuelle. Crédit photo : Carenews.

 

5 % des personnes atteintes d’un arrêt cardiaque en France survivent, contre 40 % en Norvège. Emmanuel Bourcet l’explique : 20 % de la population est formée aux premiers secours dans notre pays, pour 90 % dans les pays nordiques. Face à ce constat, son entreprise propose une solution de réalité virtuelle pour former, en une heure, les apprenants aux premiers secours. Comment imagine-t-il cet outil ? Qu’est-ce qui l’a poussé à innover au service de l’impact et de l’intérêt général ? Par quels moyens rend-il rentable un outil techniquement complexe ? Emmanuel Bourcet répond à ces questions au micro de Flavie Deprez. 

L’innovation au service de l’impact

Comment Emmanuel Bourcet a-t-il contracté le « virus » de l’entrepreneuriat ? L’épisode commence par un retour sur son parcours d’« entrepreneur social ». Il a la certitude de vouloir « s’engager sur le sujet » des premiers secours. Il faut ensuite qu’il trouve une idée de service utile et efficace. Emmanuel Bourcet revient sur les étapes de ce processus. 

Développer un produit opérationnel

Au terme de ce parcours initial, la transformation de la formation aux premiers secours est ambitieuse : une heure au lieu d’une journée, individuelle, avec un casque de réalité virtuelle. 

De quelles opportunités les fondateurs se sont-ils saisis ? Ils ont financé la moitié du prototype avec leur propre capital. Reste 30 000 euros à trouver, apportés par une bourse French Tech. Ils proposent leur solution inachevée à des clients, pour la tester. Le laboratoire d’innovation interne de la RATP, premier d’entre eux, est intéressé. D’un Seul Geste lance donc une première levée de fonds de 450 000 euros, auprès de business angels qui suivent déjà le projet, « quasiment tous entrepreneurs ». Les grands comptes, cible commerciale principale, se montrent intéressés. Un prêt bancaire est signé en mars 2020. 

Il faut ensuite alléger « un système de réalité virtuelle extrêmement lourd » et coûteux. D’un Seul Geste relève le défi pendant le confinement. 

Pérenniser l’innovation

Aujourd’hui, l’outil peut former 32 personnes en une journée.  Emmanuel Bourcet décrit les multiples facettes de l’entreprise à impact « quasi rentable », aussi startup de la Tech et organisme de formation agréé par l’État. 

« On est tout petit sur ce marché, il y a déjà des acteurs énormes ». Mais « ils n’innovent pas », contrairement à D’un Seul Geste. Son président et cofondateur envisage une forte accélération dans les mois à venir, prévoyant une levée de fonds de deux millions d’euros. 

Découvrez le parcours de l’invité, les moyens concrets de développement et de financement du produit et les futurs projets de l’entreprise dans l’épisode 7 de Changer La Norme

 

D’un Seul Geste : les chiffres clés

– Fondée en 2018

– 11 collaborateurs

– 1 heure de formation

– 16 à 32 personnes formées par jour de formation, pour un prix moyen de 2400 euros

– Première levée de fonds de 450 000 euros, levée de fonds de 2 millions d’euros en cours


*Changer La Norme est un podcast soutenu par La Macif. 

We would like to say thanks to the writer of this write-up for this awesome material

Emmanuel Bourcet, cofondateur D’un Seul Geste : sauver des vies grâce à la réalité virtuelle | Carenews INFO

You can view our social media profiles here and other pages related to them here.https://yaroos.com/related-pages/