IA, B to B, CX et les autres opportunités de la tech en 2023

Dans certains domaines, le marché de l’emploi est encore en plein essor et devrait continuer à l’être dans les mois à venir. Afin de guider les professionnels de la technologie dans leurs choix de carrière, ZDNet a donc interrogé des leaders du secteur pour connaître leur point de vue sur les perspectives des professionnels du secteur.

L’intelligence artificielle, les applications interentreprises et l’expérience client ressortent dans le top 3 des priorités citées par les professionnels de la technologie.

Des déficits de compétences toujours marqués

Les entreprises B to C (Business-to-Consumer) semblent être les plus touchées par les problèmes d’emploi dans le secteur des technologies. « Nous constatons que la majorité des licenciements se produisent dans un certain nombre d’entreprises B to C qui reposent sur des modèles publicitaires », indique Duncan Angove, PDG de Blue Yonder. « D’un autre côté, les entreprises B to B axées sur les logiciels sont à l’avant-garde de nombreuses solutions nouvelles et créatives. Par exemple, l’impact des perturbations de la chaîne d’approvisionnement touche toutes les industries mondiales et la résolution de ces problèmes à l’aide de nouvelles technologies ouvre de nombreuses nouvelles opportunités pour la main-d’œuvre. Le passage à des modes de fonctionnement plus résilients crée une forte demande de solutions technologiques dans le secteur. »

Les petites et moyennes entreprises peuvent également offrir les meilleures opportunités. Si les médias ont récemment mis l’accent sur la réduction des effectifs chez les géants de la technologie, « il faut se rappeler que lorsque l’économie était en hausse, beaucoup de ces entreprises embauchaient sans discernement et accumulaient les talents », rappelle Shawn Herring, CMO d’AirSlate. « Par exemple, Meta a augmenté ses effectifs totaux de 23 % entre 2020 et 2021, selon Statista. Alors que ces grandes entreprises n’ont d’autre choix que de rectifier le tir, aujourd’hui, de nombreuses petites et moyennes entreprises embauchent et recherchent activement des employés possédant les bonnes compétences. »

Parmi les compétences recherchées figurent la gestion multicloud, le développement automatisé de logiciels et les compétences de base en matière de conception architecturale, liste Blair Lyon, responsable de l’expérience cloud chez Akamai, qui prévoit une demande continue de compétences technologiques, récession ou non. « A l’heure actuelle, la demande reste élevée et le déficit de compétences plus important que jamais. »

Les projets de transformation numérique vont en s’accélérant

Ajoutez à cela le fait que la transformation numérique se poursuit sans relâche, tout comme l’intérêt des entreprises à la suivre. Si l’on considère que le monde entier veut se transformer numériquement, le nombre de professionnels qui peuvent les aider à y parvenir est microscopique.

« Il y a encore beaucoup de travail à faire au cours des prochaines années – d’autant plus que seulement 20 % des entreprises ont réellement transformé leurs opérations », estime Duncan Angove. « Au cours des prochaines années, nous aurons besoin de plus de 4 millions de programmeurs dans la population active. Nous avons plus de 8 milliards d’habitants dans le monde, dont 6 à 7 milliards en ligne, et seul un petit pourcentage de ces personnes codent. C’est un petit pourcentage de la main-d’œuvre qui soutient l’industrie absolument massive des logiciels technologiques B to B. C’est un problème de pénurie de compétences. »

De l’expertise à tous les échelons de l’entreprise

L’expérience client (CX) va de pair avec la transformation numérique – et les entreprises ne progressent que lentement dans ce domaine également. « A court terme, nous verrons probablement la plus forte demande de la part des entreprises qui tentent d’offrir une meilleure expérience à leurs clients », indique Blair Lyon. « De plus en plus d’entreprises ont des applications qui nécessitent une très faible latence, une portée mondiale, la souveraineté des données et la confidentialité pour la conformité réglementaire. »

Ces besoins en compétences ne signifient pas seulement plus de programmeurs, mais des professionnels de l’entreprise dans toutes les disciplines. « Il n’y a pas que les programmeurs qui manquent, mais aussi d’autres fonctions commerciales qui auront besoin d’une main-d’œuvre qualifiée pour soutenir l’industrie technologique », note Duncan Angove. « Si nous disposons de machines qui automatisent les tâches de base, nous avons toujours besoin d’une variété d’autres compétences, notamment en matière de gestion, de conseil, de marketing et de vente. Vous pouvez disposer de la technologie, mais vous avez également besoin de personnes qui comprennent comment elle fonctionne et comment l’appliquer à des domaines d’activité comme la chaîne d’approvisionnement. En outre, vous avez besoin de consultants pour mettre en œuvre ces technologies, de spécialistes du marketing pour promouvoir et de vendeurs pour vendre. Compte tenu de leur rythme d’évolution, les technologies actuelles sont souvent obsolètes en moins de deux ans. Elles sont constamment réinventées, de sorte que la meilleure chose que vous puissiez faire aujourd’hui dans le secteur de la technologie pour maintenir vos compétences solides et pertinentes, c’est d’adopter une attitude d’apprentissage permanent. »

Shawn Herring voit également une forte demande continue pour les compétences en intelligence artificielle, ainsi que pour le Web3, la cybersécurité et l’analyse des big data. « Comme les organisations continuent de faire progresser leurs investissements dans la technologie et l’analyse des données pour prendre des décisions commerciales intelligentes, ceux qui ont la bonne expertise de domaine dans ces domaines seront essentiels pour les employeurs », prédit-il.

Innover sous contrainte

Les professionnels de la technologie devraient également tenir compte du fait que « les compétences dans les nouvelles architectures telles que le “core to edge” et la gestion de la sécurité des conteneurs sont de plus en plus demandées, car de plus en plus d’organisations veulent des charges de travail à très faible latence, hautement sécurisées, portables, conteneurisées et distribuées », insiste Blair Lyon. L’automatisation est également essentielle, car « tout ce qui permet aux organisations de développement et d’exploitation de logiciels de fonctionner plus efficacement sera demandé ».

En fin de compte, les opportunités sont trouvées « pour permettre construire des choses innovantes », observe Blair Lyon. « Nous le voyons tous les jours avec les développeurs qui construisent sur notre infrastructure cloud. Certaines des entreprises les plus prospères de l’histoire de la technologie sont nées face à des vents contraires économiques. »

Source : ZDNet.com

We would like to say thanks to the author of this post for this outstanding content

IA, B to B, CX et les autres opportunités de la tech en 2023

You can view our social media profiles here and other pages on related topics here.https://yaroos.com/related-pages/