One Laptop per Child, de la fourniture d’ordinateurs aux enfants à la révolution de l’informatique portable.

Le site éducation les aide à s’épanouir. Elle apprend aux enfants d’aujourd’hui à être des adultes autonomes par eux-mêmes. Et toute aide est insuffisante pour atteindre cet objectif. Y compris la technologie. Mais tout le monde ne peut pas s’offrir un ordinateurce qui crée un écart de l’inégalité entre les enfantsComment résoudre ce problème ? La réponse est venue en 2005 lorsque Nicholas Negroponte a annoncé le projet OLPC, un acronyme de Un ordinateur portable par enfantUn ordinateur portable par enfant.

Nicholas Negroponte a 79 ans aujourd’hui. Dans son curriculum vitae, il est l’un des créateurs du MIT Media Lab, un laboratoire de recherche de l’institut de recherche de renommée mondiale. Institut de technologie du Massachusetts. Depuis le MIT Media Lab a été lancé en 1985, et a donné naissance à des idées et des projets importants tels que Grattezle logiciel de programmation qui apprend aux enfants et aux adultes à programmer ; il a inspiré la technologie qui rend les jeux vidéo possibles. Guitar Heroet de là est venu le encre électroniqueparmi d’autres inventions.

Mais Negroponte est également connu pour avoir contribué à la création du magazine historique Câblé. Et pour avoir défendu le projet OLPC, Un ordinateur portable par enfant. Ce projet était également connu sous le nom de La machine à enfants (la machine des enfants) ou Ordinateur portable à 100 $, l’ordinateur portable à 100 dollars, en référence à son faible prix. L’idée était de fabriquer des ordinateurs bon marché, polyvalents, pour en faire don aux écoles dans les pays ayant de tels besoins. Envoyez-les à l’ordinateur comme outil pédagogique aux enfants du monde entier.

Une salle de classe en Éthiopie avec des ordinateurs pour tous.Une classe d’école éthiopienne avec des appareils OLPC. Crédit : OLPC

Ordinateurs bon marché pour les enfants

De nos jours, c’est facile pour trouver un ordinateur portable pour moins de 250 euros. Vous pouvez trouver difficile de Fortnitemais pour ce prix, il peut parfaitement être utilisé pour tâches de bureau, d’internet et d’éducation. Et qu’en est-il de la comprimés. Pour 120 euros, vous en avez un plus ou moins acceptable avec lequel vous pouvez lire, apprendre et consulter l’internet. Mais dans la première décennie du XXIe siècle, les ordinateurs n’étaient pas si bon marché. Les classes d’informatique existaient déjà dans de nombreuses écoles et instituts. Mais ils ont nécessité un investissement ne convient pas à tous les budgets.

Le pédagogue Seymour Papert y Nicholas Negroponte ils ont eu une idée. Fournir des ordinateurs bon marché aux enfants qui n’ont pas les moyens d’acheter un ordinateur coûteux. À cette époque, au début des années 2000, les ordinateurs commençaient tout juste à être à la mode. ordinateurs portables. Et les connexions ADSL sont arrivées en Espagne. Mais les prix pourraient être un peu élevés. Dans les magazines du moment, on peut voir un ordinateur portable à 1 350 euros avec 512 Mo de RAM et un processeur Intel Pentium M à 1,8 GHz. Jusqu’à ce que le l’arrivée des netbooksL’arrivée des netbooks, moins chers et dotés de moins de fonctionnalités, devra attendre quelques années.

Prototype OLPC XO-1Prototype OLPC XO-1Un des premiers prototypes OLPC XO-1. Crédit : Wikipedia

Un défi technologique

Passer du seuil de 1 350 euros à 100 dollars était donc un défi. M. Negroponte a appelé l’industrie informatique à travailler pour rendre cela possible. Il l’a fait dans le Forum économique mondial de Davos Le Forum économique mondial 2005 de Davos, l’un des événements les plus importants, réunit des hommes d’affaires, des politiciens et des personnalités de renom pour discuter des problèmes de l’humanité et proposer des solutions. Des mots qui sont souvent emportés par le vent. Mais Negroponte a essayé. Il a montré une proposition pour un ordinateur portable à 100 $.. Une machine qui pourrait révolutionner l’éducation. Surtout dans les pays aux budgets limités et où de nombreux enfants ne disposent pas des bons outils pour apprendre.

La technologie était là. Tout ce qui était nécessaire était d’obtenir le la bonne combinaison de composants d’obtenir un ordinateur portable à usage éducatif avec une connexion internet et une dépendance à l’électricité aussi faible que possible. Toute une liste d’exigences, à laquelle s’ajoutait la Limite de 100 dollars coût. Et pour que cela devienne une réalité, Negroponte a créé la société L’ordinateur portable à cent dollars, un nom qui faisait référence au coût de l’ordinateur portable.

Le projet a été rejoint par Mary Lou Jepsenun expert et un pionnier de la technologie visuelle et de l’affichage qui avait été membre de la MIT Media Lab avec Negroponte. Jimmy Wales, le créateur du site Web de la Commission européenne, était également intéressé. Wikipedia. Et même Intel a tenté sa chance, mais leur relation a été de courte durée en raison de divergences d’opinion. Des tentatives ont également été faites pour Microsoft pour porter Windows sur cet appareil, mais Redmond a demandé des droits de licence, ce qui a rendu le produit plus cher. Cependant, l’année 2006 a vu la sortie du OLPC XO au prix de 199 dollars.

Nicholas Negroponte au RwandaNicholas Negroponte au RwandaNicholas Negroponte au Rwanda avec le président Kagame en 2008. Crédit : OLPC (Flickr)

Avec vous tous l’OLPC XO

Nicholas Negroponte a annoncé le projet OLPC en 2005, dans le cadre du Forum de Davos. La même année, lors de la Sommet mondial sur la société de l’informationa montré le premier prototype. Et au printemps 2006, le premier prototype était déjà en service. Au milieu de l’année 2006, 400 unités de la OLPC XO En 2007, 2 400 unités supplémentaires ont été distribuées, cette fois de la version Beta 2. Et à la fin de 2007, la version finale était prête. En principe, un million d’unités devaient être produites.

Plusieurs pays étaient intéressés par le projet. L’Argentine, le Brésil, l’Uruguay, la Libye, le Nigeria, le Rwanda et la Thaïlande, entre autres. Et afin de livrer les ordinateurs, un système a été mis en place, composé de d’acheter un de ces ordinateurs en échange du paiement de deux. A cette époque, 399 dollars US. Ainsi, le deuxième ordinateur a été donné à l’un des pays concernés.

Si l’on se concentre uniquement sur l’appareil lui-même, il a bénéficié de plusieurs améliorations. Suite à la OLPC XO-1 à la fin de 2007 est apparu le OLPC XO-2 en mai 2008. Et puis il y en a eu un troisième, un hybride entre l’ordinateur portable et la tablette, le OLPC XO-3qui a été lancé la même année. Sur le plan technique, il s’agissait de petits ordinateurs portables dotés d’un boîtier robuste. Il était équipé d’antennes WiFi, d’un Écran couleur LCDclavier, pavé tactile, microphone et haut-parleurs intégrés, ports USB et alimentation par batterie. Plus tard, il y a eu le XO-4avec CPU ARM, et le Tablette XO basé sur Android.

Pour avoir une idée de ce qu’ils ont réalisé sur le plan technique, les OLPC XO-1 de 2007 était alimenté par un panneau solaire, avait une batterie d’une autonomie de 3 heures, un processeur AMD x86 de 433 MHz, 256 Mo de DRAM, 1 Go de mémoire flash et, à l’intérieur, Fedora Linux et un assortiment d’applications pour toutes sortes de tâches, y compris des applications éducatives. Tous sont des logiciels libres. C’est pourquoi l’utilisation de Windowsmalgré la demande initiale de Negroponte, ou une version de Mac OS X gratuit fourni par le Steve Jobs.

Les netbooks voulaient s'opposer à l'OLPC de One Laptop per Child (un ordinateur portable par enfant).Les netbooks voulaient s'opposer à l'initiativeNetbooks Samsung

La réponse de l’industrie : les netbooks

Si en 2005 Negroponte a annoncé le projet OLPC et il a été fabriqué en 2007, la même année, le marché des PC a été inondé de petits ordinateurs portables. Ils étaient plus lents que leurs grands frères, mais offraient des performances minimales à un prix compétitif. Ils étaient plus lents que leurs grands frères, mais offraient des performances minimales à un prix compétitif. netbooks. Ils n’étaient pas destinés aux jeux. Ni pour l’édition de photos ou de vidéos. Ils étaient utilisés pour accéder à l’internet et pour effectuer des tâches de bureau. Rien d’autre. Mais vous pouviez les porter dans votre main, ils avaient une batterie qui durait relativement longtemps et… ils étaient très bon marché.

Lorsque Negroponte a parlé à Davos d’un ordinateur à 100 dollars, beaucoup étaient réticents. Negroponte lui-même Bill Gates ne lui voyait aucun avenir. Mais quand le projet a commencé à devenir une réalité, des noms comme Asus, Intel o Hewlett Packard ont fait la course pour prendre pied sur le marché. LE OLPC XO-1 n’était pas destiné à être un produit commercial. Son but était différent. Mais l’industrie du PC n’était pas de cet avis. S’il était possible de créer un ordinateur portable à un prix aussi bas, tôt ou tard, il s’attaquerait à leur activité.

Précisément ASUS a été parmi les premiers à proposer son Eee PC. Les premiers modèles sont sortis à la fin de 2007. Avec la version Linux et la version Windows XP. Lecteur de cartes SD, ports USB, CPU Intel ou AMD, écran de 7 à 9 pouces, selon le modèle, résolutions entre 800 et 1024 pixels, stockage à partir de 2 Go SSD et plus et une prix de départ de 500 euros.

Une niche montante qui est morte de succès.

Entre 2008 et 2012, le netbook a gagné en popularité. De 1 % de tous les ordinateurs portables vendus en 2007, elle a atteint 19 % en 2012. Après le succès de ASUSd’autres voulaient entrer dans ce créneau. Dell, Acer, HP, Toshiba et même Intel. Quiconque a essayé un de ces ordinateurs admettra que les limitations étaient exaspérantes. Mais il s’agissait de réunir une configuration minimale au prix le plus bas possible. A ordinateur de poche avant l’arrivée de l’iPad en 2010.

Un projet modeste pour apporter des ordinateurs bon marché dans les écoles avait déclenché une tempête dans le secteur de l’informatique personnelle. En 2014, le ChromebooksLes Chromebooks, plus chers que les netbooks, mais toujours en dessous du prix moyen des ordinateurs portables. Les Chromebooks et les tablettes étaient responsables tuer le netbook comme tel.

Ordinateur portable OLPC de 2006Ordinateur portable OLPC 2006OLPC s’est également lancé dans les tablettes après le succès des ordinateurs portables. Crédit : OLPC

Un ordinateur portable par enfant aujourd’hui

Après avoir livré plus de 3 millions d’unitésle projet OLPC, One Laptop per Child, est un succès. Elle est actuellement basée à Miami, en Floride, aux États-Unis. Et elle participe ou a participé à plus de 64 pays sur tous les continents. En termes de nombre d’unités livrées, il est en tête du classement Uruguay. Il est suivi, à grande distance, États-Unis, Mexique, ArgentineNicaragua, Colombie, Honduras, Haïti, Palestine, Mali, Mozambique, Australie, Afghanistan, Nigeria, Mongolie, Irak, etc.

Et au-delà de la facilitation ordinateurs ou tablettes à des enfants du monde entier, le projet OLPC a évolué pour offrir une catalogue des services y compris la consultance, la formation des enseignants, les certifications, le support technique, l’évaluation, les applications éducatives, etc. En bref, l’ordinateur à 100 dollars était une graine ou un premier pas qui devait faciliter tout ce qui a suivi : fournir l’égalité des chances dans l’éducation par le biais de la technologie.

L’OLPC, One Laptop per Child, a dû faire face à la réticence de l’industriedes intérêts économiques et d’autres obstacles dans chacun des pays dans lesquels elle voulait opérer. Et malgré certains des échecs ou des erreurs commises, le projet est toujours bien vivant. En effet, sans le bruit qu’elle a fait dans ses premières années, des acteurs majeurs tels qu’Intel n’auraient pas envisagé la création de dispositifs plus économiques tels que les netbooks. Par la suite, la concurrence, l’avènement de l’architecture ARM et l’explosion des smartphones et des tablettes ont rendu beaucoup plus facile pour réaliser des ordinateurs portables à $100 et fournir aux écoles des appareils informatiques à un coût inférieur à celui constaté par le passé. Nicholas Negroponte y Seymour Papert au début des années 2000.

We would love to say thanks to the author of this post for this outstanding material

One Laptop per Child, de la fourniture d’ordinateurs aux enfants à la révolution de l’informatique portable.

Our social media profiles here and additional related pages here.https://yaroos.com/related-pages/