10 priorités de dépenses IT – Le Monde Informatique

Les directives en matire de scurit et d’efficacit entranent une rorientation des dpenses informatiques vers les besoins fondamentaux des entreprises dans un contexte o l’avenir apparait bien incertain.

Tous les DSI ne peuvent certainement pas en dire autant mais Carrie Rasmussen, SVP et CIO du fournisseur de solutions RH Ceridian, a obtenu une augmentation de 7 % de son budget informatique pour 2022, grâce à la croissance de son entreprise, à sa campagne de numérisation en cours et à son souci de la sécurité. Plus précisément, la CIO a pu accroitre ses dépenses en matière de cybersécurité pour mieux gérer les risques : un élément clé pour l’expansion mondiale prévue de Ceridian. Une partie des fonds supplémentaires sert à consolider les applications et les services, ce que Mme Rasmussen considère comme une mesure d’efficacité « qui libérera de l’argent à réinvestir ».

Elle a également prévu des fonds pour l’automatisation, l’amélioration des processus et les projets de données, qui visent en partie à « éliminer les inefficacités et à aider les travailleurs à être plus productifs », dit-elle. « Lorsque vous vous développez à l’échelle mondiale, vous devez faire preuve d’efficacité pour augmenter vos marges ». Dans l’ensemble, ces initiatives technologiques – ainsi que ses projets de modernisation basés sur le cloud-first/SaaS – aident le fabricant de logiciels HCM à développer ses capacités numériques pour répondre aux besoins croissants des employés et aux demandes des clients, explique Mme Rasmussen.

Un budget représentatif des dépenses des DSI

Le budget de cette CIO de Ceridian est représentatif des dépenses des DSI en 2022, d’après les résultats du rapport CIO.com 2022 « State of the CIO » et d’autres enquêtes sur les dépenses informatiques, qui montrent que les DSI bénéficient généralement d’une augmentation de leurs budgets annuels, les dépenses informatiques devant dépasser les chiffres de l’année dernière. Bien que ces augmentations de budget soient conformes à celles des années précédentes, les impératifs commerciaux qui les sous-tendent sont différents. Les responsables techniques des entreprises constatent que les professionnels de l’entreprise sont de plus en plus nombreux à motiver leurs dépenses, les demandes de cybersécurité accrue et d’amélioration de l’efficacité et de la productivité venant en tête de liste.

Cette évolution intervient après des années où les initiatives de transformation étaient citées comme la principale raison des augmentations de budget. Le rapport sur l’état des DSI, publié au début de l’année, a révélé que le désir de renforcer la sécurité informatique est le premier besoin de l’entreprise qui motive les dépenses technologiques pour l’année en cours, suivi par l’augmentation de l’efficacité opérationnelle et l’amélioration de l’expérience client. La transformation des processus d’affaires existants, l’amélioration de la productivité des employés et l’amélioration de la rentabilité complètent les six premiers besoins.

Rechercher un équilibre entre dépenses et technologies à la pointe

Selon les dirigeants et les analystes du secteur des technologies, ces professionnels reflètent l’équilibre important qui s’est instauré au sein du bureau du DSI : la nécessité de rechercher constamment l’excellence opérationnelle tout en fournissant des services technologiques qui aident à la transformation, le premier élément soutenant le second. « L’informatique est l’un des meilleurs endroits où investir, mais les dirigeants veulent s’assurer que cet argent est dépensé à bon escient et de la bonne manière. Ils font preuve d’intelligence quant à la manière dont ils dépensent leurs dollars technologiques », explique Dan Priest, associé directeur pour le cloud et le numérique au sein de la société de services professionnels PwC.

Selon lui, les responsables d’entreprise ont, dans l’ensemble, cessé de considérer l’informatique comme un centre de coûts pour la considérer comme un outil permettant de rationaliser les opérations, d’améliorer les activités existantes et de contribuer à en créer de nouvelles, ce que reflètent de plus en plus leurs décisions budgétaires. « C’est pourquoi les dépenses informatiques sont aujourd’hui si stratégiques. Les DSI ont des choix importants à faire en ce moment et ils ont des implications à long terme ».

Les 10 principaux besoins de l’entreprise

Le rapport State of the CIO a révélé que 59 % des DSI prévoient de dépenser davantage en 2022 qu’en 2021. Comparez cela aux résultats de l’année dernière, où seulement 49 % des DSI ont commencé l’année 2021 en disant qu’ils prévoyaient d’obtenir une augmentation de budget pour l’année. Interrogés sur les initiatives commerciales qui seraient « les plus importantes pour stimuler les investissements informatiques dans votre organisation », les responsables informatiques ont cité les points suivants :

1. Renforcer les protections en matière de cybersécurité (49%) ;

2. Augmenter l’efficacité opérationnelle (46%) ;

3. Améliorer l’expérience client (42%) ;

4. Transformation des processus d’affaires existants (automatisation, intégration) (41 %) ;

5. Amélioration de la productivité des employés (27 %) ;

6. Amélioration de la rentabilité (24 %) ;

7. Développement de nouveaux produits (22 %) ;

8. Amélioration des technologies de travail hybrides (21 %) ;

9. Augmentation du chiffre d’affaires de l’entreprise (20%) ;

10. Respect des exigences de conformité (19%).

D’autres chercheurs ont constaté des tendances similaires dans les dépenses IT.

Lister les priorités pour rester compétitif

Dans son rapport CIO Priorities 2022, Info-Tech Research Group a constaté que les DSI considéraient l’amélioration des processus métier, la transformation/modernisation numérique, la sécurité et le soutien à la croissance/récupération du chiffre d’affaires comme les principaux impératifs commerciaux à l’origine de l’agenda informatique cette année. En poussant plus loin, Info-Tech a constaté que, en termes de priorités absolues pour être compétitif dans l’économie numérique, les DSI ont énuméré les priorités suivantes :

– Réduire les frictions dans le modèle d’exploitation hybride ;
– Améliorer la préparation aux ransomwares ;
– Soutenir une stratégie de fidélisation centrée sur les employés ;
– Concevoir une plateforme d’automatisation ;
– Se préparer à rendre compte des nouvelles mesures environnementales, sociales et de gouvernance (ESG).

Les chercheurs de Gartner ont fait état de tendances similaires dans leurs prévisions de dépenses informatiques, notamment une hausse de 4 % des dépenses informatiques mondiales cette année, soutenue en grande partie par les investissements dans l’analytique, le cloud computing, l’expérience client et la sécurité.

Les besoins en matière de cybersécurité, moteur des dépenses

Bien sûr, les entreprises ont investi chaque année dans des éléments fondamentaux tels que la cybersécurité, mais une confluence de problèmes a nécessité l’augmentation actuelle des dépenses de sécurité. « Les dépenses de cybersécurité ont toujours augmenté, mais elles sont passées de la sécurité du périmètre à laquelle nous étions habitués depuis 40 ans à une sécurisation accrue du cloud, du travail à distance et des employés distants », explique John Lovelock, vice-président de la recherche et analyste distingué chez Garner. « Les entreprises qui pouvaient auparavant mettre les murs de briques virtuels autour du bâtiment et dire qu’elles sont sécurisées à l’intérieur ont maintenant trop d’ouvertures – vers le cloud, les partenaires, les clients, les employés – pour que cette stratégie soit viable ».

Bien que cette évolution soit en cours depuis de nombreuses années, elle continue néanmoins à entraîner une grande partie des dépenses informatiques liées à la cybersécurité, selon M. Lovelock. « Il s’agit de sécuriser ce qui a évolué au cours des dernières années et ce qui a évolué ». Il en veut pour preuve les chiffres de Gartner dans cet espace : un taux de croissance annuel de 34 % des dépenses pour la sécurité du cloud, qui sont passées de 585 millions de dollars en 2019 à 3,5 milliards de dollars de dépenses prévues d’ici 2025.

Les ransomwares coûtent cher

Les ransomwares sont également une autre raison importante de l’augmentation des préoccupations en matière de cybersécurité et de l’augmentation correspondante des dépenses informatiques, explique Brian Jackson, directeur de recherche dans le domaine des DSI chez Info-Tech. Il explique que les recherches de son entreprise montrent que les entreprises sont plus nombreuses que l’on ne le pense à avoir été touchées par des attaques de ransomware et à être en phase de récupération.

« Et cela peut coûter très cher », ajoute-t-il. Même celles qui n’ont pas été touchées par un ransomware ressentent le besoin impératif de s’armer contre cette éventualité en investissant dans des protections plus solides, y compris, par exemple, de meilleures sauvegardes hors ligne. « Avec les ransomwares, nous parlons de cyberguerre commanditée par des États, et ces entreprises sont prises au milieu de tout cela, et c’est devenu un simple coût pour l’entreprise », ajoute M. Jackson.

Exigences en matière d’efficacité, d’expérience et de productivité

Selon les experts, d’autres grands besoins de l’entreprise à l’origine de l’augmentation des dépenses informatiques – tels que l’amélioration de l’efficacité, de l’expérience client, de la productivité des employés et de la rentabilité – sont également révélateurs de la situation des entreprises en 2022. « Vous avez maintenant une discipline accrue en matière de gestion des coûts et vous savez où dépenser vos dollars technologiques », déclare M. Priest, ajoutant que « c’est l’un des meilleurs endroits pour investir, surtout en période d’inflation ».

Selon lui, les entreprises cherchent à automatiser, à rationaliser les opérations et à réduire les coûts pour faire face à un marché du travail instable, à la pénurie de travailleurs, à l’inflation et à l’incertitude géopolitique. Ces investissements technologiques leur permettent à leur tour de redéployer leurs rares travailleurs (de plus en plus coûteux) vers des tâches à plus forte valeur ajoutée. Ces initiatives technologiques génèrent également des économies, que les entreprises peuvent réinvestir dans des opérations et des initiatives qui soutiennent la croissance du chiffre d’affaires.

Le cloud, toujours au programme

Selon M. Priest, les DSI continuent de consacrer de l’argent à la migration des infrastructures existantes vers le cloud, ce qui leur permet de supprimer les redondances, d’optimiser les performances, d’améliorer les processus et d’éliminer les cloisonnements de données. Ils investissent également dans des projets de données et d’analyse afin de gagner en efficacité, de stimuler la productivité et de soutenir la rentabilité.

Dans sa recherche sur la façon dont les DSI vont dépenser leur temps et leur argent en 2022, PwC a constaté que les cinq principaux domaines prioritaires sont les suivants :

– Raffiner l’informatique pour être plus agile : 43% ;
– Migrer des centres de données traditionnels vers le cloud : 35% ;
– Exploiter les données et les analyses pour prendre des décisions stratégiques : 34 % ;
– Faire évoluer l’informatique pour en faire un partenaire stratégique de l’entreprise : 30% ;
– Réorienter les architectures d’entreprise vers le cloud : 28 %.

Soutenir la croissance et la transformation

Selon Mme Rasmussen, les listes de priorités en matière de dépenses informatiques compilées par les chercheurs reflètent sa propre ventilation budgétaire et s’alignent sur les plans de dépenses qu’elle a également entendus de la part de collègues DSI. « C’est le thème commun à la plupart des leaders technologiques », dit-elle. Carrie Rasmussen et d’autres personnes reconnaissent que la liste des moteurs d’activité de cette année peut sembler en rupture avec les priorités des années précédentes, où la transformation dominait généralement. En effet, l’enquête State of the CIO a révélé que les moteurs de l’entreprise tels que l’introduction de nouvelles sources de revenus numériques et la monétisation des données de l’entreprise – qui font généralement partie des programmes de transformation – figuraient en bas de la liste des initiatives motivant les dépenses informatiques, respectivement aux 11e et 13e rangs.

Mais les experts mettent en garde contre cette hypothèse, affirmant que les décisions en matière de dépenses informatiques visent effectivement à soutenir les initiatives numériques en cours et nouvelles ainsi que les efforts de transformation globaux – même si cela n’est pas nommé. Comme le fait remarquer Carrie Rasmussen, les dépenses en matière d’efficacité « libéreront de l’argent à réinvestir », tandis que les dépenses en matière de sécurité, d’expérience utilisateur, de productivité des employés et autres soutiendront les nouvelles méthodes de travail et d’engagement avec les clients. « Il ne s’agit pas de contrôler les coûts ; nous parlons plutôt d’investissements pour la valeur. Il s’agit d’une stratégie d’investissement et d’une conversation sur l’agilité – l’agilité pour être compétitif sur le marché », ajoute-t-elle.

Les dépenses IT représentent jusqu’à 36% du budget total

Dan Priest convient que cette réorientation vers les fondamentaux peut conduire à des avancées futures, en affirmant que les dépenses informatiques consacrées à la sécurité, à l’efficacité, à l’amélioration des processus et à la productivité peuvent placer les entreprises en position de force, quoi que l’avenir leur réserve, qu’il s’agisse de croissance, d’inflation continue ou même de récession. En outre, les dépenses consacrées aux initiatives de transformation de l’entreprise sont de plus en plus souvent effectuées en dehors du budget informatique et dans les domaines fonctionnels, ajoute Diane Carco, présidente et directrice générale de la société de conseil en gestion Swingtide.

Selon Gartner, le total des dépenses informatiques dirigées par les entreprises représente en moyenne jusqu’à 36 % du budget informatique officiel total. « Nous constatons que les dépenses de transformation sont effectuées dans des départements autres que l’informatique, de sorte que les tendances en matière de dépenses pour les DSI peuvent sembler moins stratégiques qu’elles ne l’étaient il y a cinq ans », précise Diane Carco. « Mais les DSI sont ceux qui dépensent pour s’assurer que [ces initiatives de transformation] sont sûres et sécurisées pour fonctionner ».

We want to say thanks to the writer of this article for this outstanding web content

10 priorités de dépenses IT – Le Monde Informatique

We have our social media pages here and other related pages herehttps://yaroos.com/related-pages/