Le transhumanisme comme nouveau mouvement social

Le livre « Transhumanism as a New Social Movement: The Techno-Centred Imagination« , explore le plaidoyer pour l’amélioration technologique de l’être humain (Technological Human Enhancement Advocacy – THEA) par le biais d’une observation participante d’inspiration ethnographique sur un éventail de sites. James Michael MacFarlane soutient qu’un tel plaidoyer se caractérise par le  » technocentrisme « , une croyance ancrée dans le monde d’aujourd’hui tout en étant également orientée vers l’avenir et tirée de l’imagination.

Ce flou entre les futurs  » réels  » et  » imaginés  » emprunte au fondement matérialiste de la vision scientifique du monde, tout en accordant une licence étendue aux visions de la technologie en tant que moyen d’action tourné vers l’avenir, ce qui inclut la renaissance des idéaux humanistes associés au projet de modernisation.

Si le technocentrisme est sans doute plus prononcé dans le transhumanisme – où il se manifeste de manière extrême, presque hyperbolique – il reflète des préoccupations plus générales et plus profondes concernant l’avenir de la science, de la technologie et de l’identité humaine dans le nouveau millénaire. Loin d’être nouvelles, ces formes sociales émergentes traduisent des ambivalences non résolues qui ont longtemps jeté une ombre sur la société et la culture de la fin de la modernité.

James Michael MacFarlane a obtenu son doctorat à l’université de Warwick. Ses travaux portent sur la diffusion de connaissances spécialisées/techniques à des publics non spécialisés, sur l’engagement et la participation du public à la science, et sur le renforcement des relations entre la science et le public par une communication et un dialogue améliorés.

Transhumanism as a New Social Movement: The Techno-Centred Imagination, Palgrave Macmillan; 1st ed. 2020 edition (May 20, 2020) by James Michael MacFarlane.

Dans son livre, James MacFarlane décrit en détail l’émergence du Technological Human Enhancement Advocacy (THEA) et fournit un compte rendu ethnographique détaillé de ce phénomène. Plus précisément, il cherche à montrer comment le transhumanisme, en tant que ramification spécifique de THEA, en est « venu à représenter un ensemble durable d’idées techno-optimistes concernant l’avenir de l’humanité, ses partisans cherchant à transcender les limites du corps et de l’esprit en vertu d’une foi inébranlable, dérivée des Lumières, dans la science, la raison et la liberté individuelle » (p. 3).

Dans son chapitre d’ouverture, MacFarlane nous présente le sujet de son étude et ses motivations pour mener cette recherche. L’une des principales raisons de ce projet réside dans ce qu’il considère comme un aspect peu étudié de la culture post-industrielle contemporaine : la persistance de diverses formes de pensée techno-utopique (p. 3). Ce discours part du principe que la technologie peut étendre de manière significative nos capacités en tant qu’êtres humains, non seulement en tant qu’ensemble d’outils que nous pouvons utiliser, mais aussi en tant qu’ »extension du système nerveux humain » (p. 4).

Nous changeons simultanément nos mondes internes et nos tentatives de changer le monde externe grâce aux innovations technologiques. Ces changements internes concernent à la fois la façon dont nous nous percevons et ce que nous pourrions être. C’est cette pensée qui est au cœur du THEA, et du transhumanisme en particulier, car tous deux cherchent à « améliorer » l’expérience humaine par l’utilisation de la technologie. Comme le souligne MacFarlane, cela nous oblige à étudier non seulement la manière dont les technologies, en tant qu’outils, influencent la réalité matérielle, mais aussi la manière dont ces systèmes affectent notre ordre symbolique et nos modes de pensée (p. 5).

En d’autres termes, l’un des principaux objectifs de MacFarlane est de mettre en lumière le flux bidirectionnel qui existe entre la technologie et la culture. Il appelle cette constellation l’imagination techno-centrée. Plus précisément, il vise à étudier l’intersection entre les études sur la science et la technologie (STS Science and Technology Studies) et la théorie du nouveau mouvement social (NSMT New Social Movement Theory) (p. 8). La NSMT souligne comment, depuis les années 1960, l’activisme et la mobilisation sociale se sont concentrés sur les questions d’identité et de qualité de vie. La STS fournit le cadre permettant de discuter de la légitimation de tels schémas scientifico-techniques dans la pratique.

Dans le deuxième chapitre, McFarlane décrit la littérature associée à la théorie des mouvements sociaux (p. 16) et justifie sa « stratégie de recherche dynamique », qui l’a amené à se déplacer entre différents lieux tout au long du projet. En outre, il nous montre ici comment le transhumanisme représente spécifiquement un nouveau type de mouvement social. Contrairement aux mouvements « traditionnels », qui visent à améliorer les conditions de travail, à défendre des droits ou à augmenter les salaires, etc. les « nouveaux » mouvements se concentrent sur des questions telles que l’identité et la qualité de vie (p. 20). Ici, l’approche « ethnographique multi-sites » est justifiée en tant que cadre conceptuel (p. 58), ce qui est le résultat de la nature dynamique de la recherche, comme cela a été présenté précédemment. En outre, les objectifs primordiaux de l’étude sont renforcés : qui sont les membres de THEA ? Quels sont leurs objectifs ? Quelles sont leurs convictions politiques et existentielles ? ( p. 77).

Au chapitre quatre, MacFarlane commence à révéler les résultats de sa recherche ethnographique. Il nous présente les sujets de son étude : les participants et les membres de THEA. Qui ils sont, d’où ils viennent et comment ils déterminent qui « compte » comme membre de leur groupe. En ce qui concerne les valeurs qu’ils professent, elles sont pour la plupart conformes aux valeurs des Lumières européennes : la raison, l’empirisme rationnel et la croyance en la science (p. 107). Bien que ces types de valeurs se retrouvent sous des formes assez modérées dans diverses parties de toute population donnée, MacFarlane note que dans certains cas, THEA a adopté une approche du tout ou rien, où « Si vous êtes dedans, vous êtes tous dedans » (p. 111).

Ensuite, nous rencontrons les objectifs de ce groupe. Que veulent réaliser les membres de THEA ? Il semble que les principaux objectifs de ce groupe résident dans l’extension et l’amélioration technologiquement inévitables de ce que signifie être humain, en termes existentiels, juridiques et sociaux. Cette orientation conduit naturellement à se concentrer sur la nature du bien-être humain et à chercher les moyens les plus rationnels de parvenir à un sens enrichi du bien-être humain grâce à l’utilisation de la technoscience. L’une des principales difficultés qui est apparue dans cette discussion est la tension entre les aspects purement fonctionnels de l’effet de levier technologique et les risques éthiques qui en découlent.

Si la technologie a historiquement été un élément clé du « progrès », elle a également entraîné de grands écarts économiques entre les nantis et les démunis. À tout le moins, il semble que certains THEA s’inquiètent de ces questions morales, mais dans l’ensemble, on a le sentiment qu’une vision spécifiquement morale fait défaut (p. 138). Il s’agit d’une préoccupation importante, d’autant plus que les technologies naissantes sont souvent développées avant que des cadres éthiques et juridiques cohérents n’aient été élaborés pour faire face à leur mise en œuvre.

Sur cette base, le chapitre suivant cherche à décrire, d’une part, le rapport des membres de THEA avec la politique « traditionnelle » et, d’autre part, leurs convictions politiques. En premier lieu, il semble qu’il y ait un clivage entre ceux qui utilisent les structures politiques traditionnelles pour atteindre leurs objectifs (avec la formation de partis politiques), et ceux qui pensent que de nouvelles approches de la politique et de la gouvernance sont nécessaires pour atteindre leurs objectifs technoscientifiques (p. 147).

MacFarlane a constaté que ce dernier groupe est de loin majoritaire et que les questions liées à l’amélioration technologique de l’être humain sont peu représentées dans le discours politique dominant (p. 150). L’une des principales raisons de cette ambivalence est que pour de nombreux partisans de THEA, il existe une croyance selon laquelle les formes traditionnelles de gouvernance démocratique font obstacle à l’innovation scientifique et vont donc à l’encontre de leurs objectifs explicites. Il y a là plus qu’un soupçon de déterminisme technologique, puisque l’on semble prétendre que l’innovation technologique non freinée est le remède à tous les maux sociaux et politiques. En outre, THEA met l’accent sur l’autonomie, c’est-à-dire sur la liberté des individus à « expérimenter » sur eux-mêmes les dernières technologies. Cela concorde naturellement avec le fait que la plupart des membres ont des engagements politiques largement libertaires.

Le chapitre sept dévoile les présupposés existentiels des partisans de l’amélioration technologique de l’être humain, comme leur attitude à l’égard du théisme de manière plus générale, et comment leurs attitudes reflètent une combinaison intéressante de rationalisme et de foi. Dans l’une des conclusions les plus intéressantes du livre, une intuition commune est renversée. Plus précisément, avec tout ce qui a été dit sur la relation étroite que THEA entretient avec la science et la technologie, on pourrait s’attendre à des niveaux très bas de croyance religieuse.

Cependant, comme le fait remarquer Macfarlane, bien qu’il existe un contingent de transhumanistes qui sont effectivement athées, « la plupart des transhumanistes que j’ai rencontrés seraient plus précisément classés comme « agnostiques » – une perspective qui, bien que désavouant généralement l’autorité cléricale, s’abstient d’émettre toute revendication métaphysique absolue quant à l’existence ou la non-existence de Dieu » (p. 181).

S’il existe une méfiance sous-jacente à l’égard des dogmes religieux, elle ne se manifeste pas par l’athéisme manifeste que l’on trouve souvent chez de nombreux autres vulgarisateurs de la science et de la rationalité (comme Sam Harris, Daniel Dennett et A. C. Grayling). Il semble que le Technological Human Enhancement Advocacy, en général, soit plus concerné par l’ouverture d’esprit et la « libre pensée » que par l’athéisme explicite.

Dans le dernier chapitre, MacFarlane fait un travail important en montrant quels sont les thèmes communs de THEA. Alors que tout au long du texte, les personnes rencontrées ont souvent des points de vue et des présupposés apparemment divergents, ce dernier chapitre montre qu’il existe bien un fil conducteur. Comme nous l’avons déjà mentionné, MacFarlane appelle cela l’imagination technocentrique (ITC) et la décrit comme « un nouveau type d’imagination qui accorde la primauté à la science et à la technologie » (p. 205). L’ITC est  » une entité psychique, sociale et idéationnelle distincte, non déterminée dans l’espace  » (p. 212).

Cette caractérisation attire l’attention sur l’importance de la narration, dans la mesure où elle se rapporte à la construction d’une identité non liée à des contraintes géographiques spécifiques. Il affirme que THEA, tout en étant apparemment ancré dans la réalité matérielle de la science et de la technologie, est néanmoins légitimé par un fort attachement à une imagination tournée vers l’avenir, qui vise à découvrir les potentiels des différentes manières dont la technologie peut améliorer ce que signifie être humain (p. 206).

L’avenir est par nature incertain, et il y a donc un sens important dans lequel le programme THEA est en principe toujours incomplet : il s’agit d’un effort d’imagination vers un avenir potentiel dans lequel de nombreuses incertitudes sont résolues par l’application de la technologie.

Transhumanism as a New Social Movement est une contribution essentielle au domaine naissant du travail ethnographique dans les New Social Movement Theory (NSMT), tel qu’il s’applique au Technological Human Enhancement Advocacy. Premier du genre, il constitue une étape importante dans la compréhension à la fois des types de croyances et de la manière dont ces croyances se forment dans les groupes de défense de l’amélioration technologique de l’homme.

Les implications sont évidentes pour les chercheurs qui s’intéressent à la psychologie morale, car si nous « améliorons » l’expérience humaine, il est probable que notre constitution psychologique s’en trouvera modifiée. En outre, la manière dont ces recherches seront orientées aura une immense importance sociale et politique. Les capacités accrues dont rêvent les défenseurs de l’amélioration technologique de l’homme, si elles se concrétisent, nécessiteront peut-être une refonte de nos pratiques normatives actuelles. MacFarlane a fait un excellent travail de formalisation des composantes essentielles du Technological Human Enhancement Advocacy, ce qui permettra une plus grande clarté conceptuelle dans la compréhension de son passé, de son présent et de son avenir.

Réviseur : Fabio Tollon, Metapsychology Online Reviews (Vol. 24, No. 39). Fabio Tollon est un candidat au doctorat à l’Université de Bielefeld. Il est également membre du Centre for Artificial Intelligence Research (CAIR).

We wish to give thanks to the writer of this post for this awesome material

Le transhumanisme comme nouveau mouvement social

Take a look at our social media accounts and also other related pageshttps://yaroos.com/related-pages/